Votez OUI à l’initiative de l’UDC pour une équité fiscale

logo initiative cantonale 2015Un frontalier qui vit à Paris, est-ce vraiment un frontalier ? C'est notamment à cette question que veut répondre l'initiative pour l'imposition à la source des travailleurs frontaliers.

En effet, actuellement tout français travaillant en Suisse est considéré comme frontalier et donc imposé comme tel en France avec une rétrocession d'une partie de l'impôt à la Suisse.

Dans le cas d'un parisien ou d'un bordelais, on peut légitimement penser qu'il vient uniquement profiter des salaires suisses et qu'il a probablement un petit logement à la frontière. Il devrait donc être imposé comme une personne d’un autre pays européen à la source ici en Suisse et cela sans rétrocession à la France. Mais à l'heure actuelle la France impose tous ses frontaliers et redonne à la Suisse 4.5 % de la masse salariale. Un chiffre que la Suisse est dans l’impossibilité de vérifier.

Quelle injustice pour nous jurassien.

L'initiative résout le problème puisqu'il sera défini un secteur au-delà duquel le travailleur ne sera plus considéré comme frontalier et sera donc imposé à 100 %.

Pour une justice fiscale votez oui à l'initiative pour l'imposition à la source des travailleurs frontaliers. Et non au contre-projet

Jeunes UDC Jura

Initiative pour l'imposition à la source des travailleurs frontaliers - Courrier de lecteur

Monsieur le Député Froidevaux, chef de groupe PDC au Parlement jurassien, de la hauteur svp !

Vous avez perdu la maîtrise de votre pensée et des genres. Espérons que votre courrier des lecteurs n’est qu’un égarement passager. Vos arguments sont tout aussi fallacieux que vos propos. Vous savez pertinemment que la rétrocession française à hauteur de 4.5% de la masse salariale devrait correspondre à 60% du montant des impôts encaissés par le fisc français, mais personne au Gouvernement ne connaît ce montant ! Le Jura croit toucher le jackpot, mais en fait, il n’en sait rien du tout ! Monsieur le Député, vous trompez les citoyens jurassiens ! Avec notre initiative, nous distribuons à la France une rétrocession, pas l’inverse. Selon vous, encaisser l’impôt à la source, donc le 100%, et en rétrocéder le 30% à la France serait une opération déficitaire ? Seules les personnes de mauvaise foi osent soutenir de telles thèses. Le Tessin appliquera cette règle dès le 1er juin 2015, ce n’est pas une solution datant de 30 ans. De plus, faire passer les signataires de l’initiative pour des anti-frontaliers est d’une malhonnêteté déconcertante. Ne parlons même pas de ma commune de Boncourt qui contribue au fonds de péréquation et donne les moyens aux communes de survivre à l’enfer fiscal de ce canton. Vous vous complaisez dans la médiocrité financière dans laquelle notre Jura se trouve, c’est grave. Notre initiative veut sortir le Jurassien de cette médiocrité. Votez oui à notre initiative et vous serez pardonné !

Jean Lusa, Président de l’initiative
Romain Schaer, Président UDC Jura

Bulletin de vote pour le scrutin populaire cantonal du 14 juin 2015

Mots d'ordre UDC Jura - Votations 14.06.2015

Bulletin de vote pour le scrutin populaire cantonal du 14 juin 2015Non, non, non, non et un grand OUI!

L’UDC Jura a tenu son assemblée aux Rangiers pour arrêter ses mots d’ordre. Les 4 objets fédéraux ont tous été refusés et de manière claire et nette.

La procréation médicalement assistée a été présentée par Jacques Dumas, Président UDF Jura, qui a su persuadé les membres de l’UDC à s’opposer à cette banalisation du choix à la vie.

Alexandre Rosset, Président UDC Haute-Sorne a quant à lui énuméré les points peu avantageux de l’initiative sur les bourses d’études et c’est également le refus de l’initiative qui l’emporte.

Thomas Stettler, député UDC, a fait la démonstration de l’erreur de l’initiative sur le nouvel impôt sur les successions et que bien plus de monde serait touché par cet impôt. C’est un non sans appel au nouvel impôt.

Le nouvel impôt Billag a connu le même sort. Le sujet a été désossé par Didier Spies, secrétaire général UDC Jura, et sa conviction de voter contre cet objet a motivé l’assemblée pour le non.

L’objet cantonal, l’initiative sur l’imposition des travailleurs frontaliers, soutenu par Jean Lusa, Président du comité d’initiative, a fait un tabac. C’est un oui massif à l’équité fiscale, c’est oui massif à la résiliation de la convention de 1983 pour relancer un round de négociations, qui remettra au goût du jour la convention. Nous n’allons plus réfléchir encore 30 ans.

UDC Jura

Page 7 sur 9