Assemblée du 26 juin 2015

L’assemblée de l’UDC Jura, qui avait lieu le vendredi 26 juin 2015 aux Rangiers, a désigné ses candidat(e)s au niveau fédéral et au Gouvernement jurassien. Les personnes suivantes ont été présentées à l’assemblée. Il s’agit pour le Conseil national de Madame Brigitte Favre des Franches-Montagnes et du député Thomas Stettler du district de Delémont et pour le Conseil des Etats, du député ajoulot Claude Gerber. Pour le Gouvernement jurassien le député de la Haute-Sorne Damien Lachat portera l’UDC à l’exécutif cantonal.


L’UDC Jura a comme ambition au niveau du Conseil national d’atteindre 17% de l’électorat. Quant au Parlement jurassien le parti veut obtenir un député supplémentaire par district, chose réalisable, vu les listes complètes dans les 3 districts.

L'UDC Jura vous invite à soutenir et voter ses candidat(e)s.

damien lachat au gouvernement  brigitte favre au conseil national 

claude gerber au conseil des etats  thomas stettler au conseil national  

 

Le contre-projet a été accepté à 63 %

Contre-projet du Parlement à l'initiative populaire cantonale "Pour l'imposition à la source des travailleurs frontaliers"

  • Accepté
  • Type de la votation Votation cantonale standard
  • Taux de participation 36.40%

Situation générale

L'initiative de l'UDC Jura pour l'imposition à la source des travailleurs frontaliers n'a pas été acceptée. Par contre le contre-projet a été accepté. Maintenant l'UDC Jura veillera a faire gagner plus au canton du Jura et demandera au bon moment d'étudier le 4.5% de rétrocession actuelle.
 
Merci pour votre soutien et l'engagement durant la campagne électorale.

Imposer les frontaliers à la source

Quoi de plus équitable que de faire payer aux frontaliers l'impôt à la source, comme tous les étrangers qui résident dans le Jura? Quoi de plus simple que de retenir l'impôt sur le salaire? Quoi de plus juste que de faire payer les impôts dans le canton du Jura à un ouvrier, qu'il habite ici ou en France ? Quoi de plus évident que de négocier un accord quand on a l'argent ? Ne nous laissons pas berner par des chiffres qui ne sont que des projections téléguidées. Des impôts encaissés par un service des contributions aussi pugnace  que celui du Jura dépasseront toutes nos espérances. Ensuite, nous aussi nous déciderons quelles miettes nous restituerons à la France, comme elle l'a fait dans le litige fiscal avec l'aéroport de Mulhouse. Faites comme moi, votez oui à l'initiative sur l'imposition des frontaliers et non à un contre-projet qui n'aboutira jamais.

Thomas Stettler, Député UDC

Votez OUI à l’initiative de l’UDC pour une équité fiscale

logo initiative cantonale 2015Un frontalier qui vit à Paris, est-ce vraiment un frontalier ? C'est notamment à cette question que veut répondre l'initiative pour l'imposition à la source des travailleurs frontaliers.

En effet, actuellement tout français travaillant en Suisse est considéré comme frontalier et donc imposé comme tel en France avec une rétrocession d'une partie de l'impôt à la Suisse.

Dans le cas d'un parisien ou d'un bordelais, on peut légitimement penser qu'il vient uniquement profiter des salaires suisses et qu'il a probablement un petit logement à la frontière. Il devrait donc être imposé comme une personne d’un autre pays européen à la source ici en Suisse et cela sans rétrocession à la France. Mais à l'heure actuelle la France impose tous ses frontaliers et redonne à la Suisse 4.5 % de la masse salariale. Un chiffre que la Suisse est dans l’impossibilité de vérifier.

Quelle injustice pour nous jurassien.

L'initiative résout le problème puisqu'il sera défini un secteur au-delà duquel le travailleur ne sera plus considéré comme frontalier et sera donc imposé à 100 %.

Pour une justice fiscale votez oui à l'initiative pour l'imposition à la source des travailleurs frontaliers. Et non au contre-projet

Jeunes UDC Jura

Quelle analyse ?

Mes bras m’en tombent à la lecture de l’éditorial de Claire Jeannerat de ce samedi. On pourrait s’attendre d’une journaliste d’un minimum d’esprit d’analyse. Et bien non, on y va tête baissée.

Juste pour votre gouverne, Madame Jeannerat : le canton voulait toujours une imposition à la source, mais n’a pas eu les coudées assez fortes pour faire passer le message. Il a pourtant à plusieurs reprises eu l’occasion de se pencher sur cet objet de l’imposition à la source, notamment avec les interventions parlementaires cantonales et fédérales, soutenues par nos deux conseillers nationaux actuels ! alors venir claironner que l’UDC ne fait qu’un vote pour ou contre les frontaliers est vraiment un peu court ! En comparant Genève et le Jura au niveau du nombre de frontaliers, vous omettez de dire qu’à Genève, la crise du logement rend quasi impossible de trouver des appartements à des prix abordables ! C’est pourquoi le nombre de frontaliers ne peut qu’augmenter. Alors que chez nous, les villages se vident, tout comme les écoles. Il ne faut pas d’expertises universitaires pour comprendre ce mouvement de population… quant à la sempiternelle réponse de l’expertise universitaire des opposants à l’initiative, elle n’attend qu’à être contredite. Combien d’experts en tout poil se sont cassés les dents en prévoyant la mort de la Suisse suite au vote sur l’EEE. Madame Jeannerat, vous avez tout simplement manqué de sang froid dans votre éditorial. Dommage.

Romain Schaer, Président UDC Jura 

Initiative pour l'imposition à la source des travailleurs frontaliers - Courrier de lecteur

Monsieur le Député Froidevaux, chef de groupe PDC au Parlement jurassien, de la hauteur svp !

Vous avez perdu la maîtrise de votre pensée et des genres. Espérons que votre courrier des lecteurs n’est qu’un égarement passager. Vos arguments sont tout aussi fallacieux que vos propos. Vous savez pertinemment que la rétrocession française à hauteur de 4.5% de la masse salariale devrait correspondre à 60% du montant des impôts encaissés par le fisc français, mais personne au Gouvernement ne connaît ce montant ! Le Jura croit toucher le jackpot, mais en fait, il n’en sait rien du tout ! Monsieur le Député, vous trompez les citoyens jurassiens ! Avec notre initiative, nous distribuons à la France une rétrocession, pas l’inverse. Selon vous, encaisser l’impôt à la source, donc le 100%, et en rétrocéder le 30% à la France serait une opération déficitaire ? Seules les personnes de mauvaise foi osent soutenir de telles thèses. Le Tessin appliquera cette règle dès le 1er juin 2015, ce n’est pas une solution datant de 30 ans. De plus, faire passer les signataires de l’initiative pour des anti-frontaliers est d’une malhonnêteté déconcertante. Ne parlons même pas de ma commune de Boncourt qui contribue au fonds de péréquation et donne les moyens aux communes de survivre à l’enfer fiscal de ce canton. Vous vous complaisez dans la médiocrité financière dans laquelle notre Jura se trouve, c’est grave. Notre initiative veut sortir le Jurassien de cette médiocrité. Votez oui à notre initiative et vous serez pardonné !

Jean Lusa, Président de l’initiative
Romain Schaer, Président UDC Jura

Bulletin de vote pour le scrutin populaire cantonal du 14 juin 2015

Page 7 sur 10